Confiance. Prévention. Défense.


Le meilleur combat de ma vie est celui que j’ai su éviter!

Rejoignez notre école d’arts martiaux en Estrie et Montérégie

À Sherbrooke et Saint-Jean-sur-Richelieu

ARTS MARTIAUX

Nos cours

Karaté Ryusei

En savoir plus →

Autodéfense

En savoir plus →

Notre équipe

Il est difficile de décrire en peu de mots toute l’histoire et l’expérience que Chantal L. à su partager depuis plus de 20 ans en Estrie et en Montérégie. Ayant débuté le karaté Ryusei en 1994, elle a dévoué une grande partie sa vie à l’enseignement de cet art, mais aussi à l’autodéfense féminine et à la prévention des agressions envers les femmes et jeunes filles.

« Mon but est de rendre le pouvoir à celles ayant subits des agressions et de leur donner confiance afin de prévenir les agressions. »

Sensei Chantal L.

Fondatrice / Instructrice (4ième dan)

Ayant commencé le karaté à l’âge de 7 ans Anik devient l’élève de Sensei Lepage en 2010. Le karaté Ryusei prend une grande place dans sa vie avec les stages offerts par les autres dojos de karaté (chitu-Ryu et Ryusei). En 2012 elle débute l’autodéfense et rapidement, adhère à cet art martial qui est un complément à son apprentissage!

« L’entrainement martial est devenu pour moi une boucle sans fin d’évolution, se mélangeant aux multiples possibilité de découvertes et rencontres qui s’offrent à moi! »

Sensei Anik D.

Instructrice (2ième dan)

ARTICLES

Entretien avec les instructeurs du Dojo Onnano

Par Peter Giffen | Publié sur RYUSEI KARATE-DO le 27 février 2024

« Ce qui suit est une entrevue avec Chantal Lepage et Anik DesRosiers, les deux instructeurs du Onnano Dojo de Sherbrooke, Québec (Canada). Le dojo a été fondé par Chantal en 2001, dédié à aider les femmes victimes de violence et d’autres types d’abus. Aujourd’hui, le dojo suit toujours ce mandat et propose régulièrement des cours de karaté Ryusei. »

TÉMOIGNAGES

Extraits de témoignages

« Une chose dont je suis profondément convaincue est que l’autodéfense ne constitue pas seulement savoir recevoir ou donner des coups, il s’agit d’abord et avant tout de faire cesser l’agression avant même que nous devenions victime.

C’est avoir le pouvoir de dire : NON! »

« On se rend vite compte qu’avec les efforts nécessaires, on est capables physiquement, comme psychologiquement, comme émotionnellement, de tellement plus que ce qu’on peut croire. C’est pourquoi les arts martiaux inspirent, selon moi, ce qu’il y a de mieux dans la nature humaine : libérés de notre peur de l’adversité, on se sent capables de se faire face à soi-même, comme de faire face à quoi que ce soit. C’est là que la compassion, la camaraderie, et la sagesse brillent le plus… »

François C.